Le traitement de modèles en LIMA

Le traitement de modèles s'effectue en utilisant des tables à digitaliser, la souris, le clavier ou l'import des données. A cet effet une série d'objets sont à disposition:

Obstacles naturels (le cas échéant en modèle du terrain digital)
- lignes d'altitude - l'arête des talus
- points d'altitude - données d'une grille de terrain
- l'arête de faille de terrain - zone d'atténuation par végétation

Obstacles artificiels
- des écrans anti-bruit - bâtiments
- zone d'atténuation par construction - ponts
- des parois (le cas echeant avec des lacunes de construction)

Emetteurs
- source ponctuelle - lignes de sources
- zone de source - zone de sources verticale

Eléments de modèle supplémentaire
- feux de signalisation - points récepteurs
- éléments auxiliaires graphiques ou symboles - points de mesure
- zone d'utilistion

Les émetteurs sont répertoriés selon leur provenance:
circulation routière, circulation ferroviaire, industrie, gare de triage, réseau express régional (RER), circulation sur des voies navigables, sport, loisir, aérodromes et terrain d'atterrissage.
Les tailles de modèles admissibles sont définies par la capacité de mémoire disponible . Pour la version standard de 16-MB on peut traiter plus que 400.000 points polygones par fichier. Avec 16-MB le calcul admet 120.000 arêtes d'obstacles ( = 240.000 points) et 20.000 lignes d'émetteurs.
Le maximum de nombre de points récepteurs à calculer admissible dans une grille de calcul, s'élève a environ 32.000 x 32.000 points. En cas d'un excès de tailles de modèles admissibles LIMA définit une "maillage" logique ou spatial.